Blog

6 étapes pour développer une application mobile Métier efficiente

6 étapes pour développer une application mobile Métier efficiente

Ce que les utilisateurs attendent d’une application mobile Métier en termes fonctionnels, c’est la simplicité et l’efficience ; mais leur exigence va encore plus loin : ils veulent en disposer rapidement et à moindre coût (sans que cela nuise à la qualité, bien sûr) !

Pour les équipes de développement, cela revient parfois à résoudre la quadrature du cercle.

Car les projets de développements d’applications mobiles B2E (à destination d’employés de l’entreprise) sont en règle générale des projets complexes qui mobilisent des compétences particulières (en gestion de projet, design, programmation, architecture…) et mettent en œuvre des technologies spécifiques et des méthodologies adaptées.

Dans cet article, nous vous présentons les 6 étapes essentielles à la création d’une application mobile répondant aux exigences des utilisateurs Métier.

application mobile Métier

#1 Conception d’une application mobile professionnelle : Compréhension du besoin exprimé par les utilisateurs Métier

Les utilisateurs Métier ont émis un besoin. Il s’agit maintenant d’affiner ce cahier des charges, c’est-à-dire de les aider à préciser leurs attentes et d’évaluer quel est le bénéfice attendu. En d’autres termes :

  • Quelle est la problématique rencontrée par les utilisateurs ?
  • Comment est-elle résolue aujourd’hui ?
  • À quel besoin précis répondrait l’application (renforcer le lien entre les utilisateurs et l’entreprise, mieux satisfaire les clients, optimiser le cycle de vente, accroître le CA…) ?
  • Est-ce que ce besoin est partagé par un nombre conséquent de personnes ?
  • Est-ce qu’une application mobile apporterait une réelle valeur ajoutée ?

Il s’agit également d’établir le profil de la cible visée :

  • Est-elle mobile ?
  • Si oui, quel OS utilise-t-elle (Android, iOS) ?
  • De quel équipement dispose-t-elle (tablette, smartphone, les deux) ?
  • Y’a-t-il des fonctionnalités spécifiques aux équipements mobiles qui permettraient de satisfaire le besoin énoncé ? (Communication vers autrui, identification, géolocalisation, notification, appareil photo…)

Cette première étape s’appuie généralement sur des entretiens réalisés avec des utilisateurs à l’occasion d'ateliers de Design Thinking : elle est très importante non seulement pour s’assurer que le besoin existe réellement et qu’une application mobile offrirait une valeur ajoutée évidente, mais aussi pour identifier de premiers beta testeurs motivés parmi les personnes interrogées. Ceux-ci seront impliqués dans l’évaluation des premiers prototypes de l’application.

#2 Estimation du budget : 4 postes à prendre en compte dans le développement d’une application mobile B2E

Avant de se lancer, il s’agit de vérifier que le coût de développement de l’application mobile est cohérent au regard du bénéfice attendu. Ce coût peut varier avec la complexité de l’application.

Ce coût comprend :

  • La conception de l’application qui couvre la définition des spécifications fonctionnelles (notamment l’élaboration des « wireframes* » et de l’UX**), la définition des principes d’ergonomie, l’élaboration de maquettes et la conception de l’architecture technique (notamment comment se passent l’intégration et les échanges avec le back-office ou le Système d’Information, la sécurisation de l’architecture…) ;
  • Son développement (conception de l’interface graphique, intégration des données, développement des web-services et des échanges avec le Back-office et le Système d’Information, sécurisation des flux) ;
  • Les tests, recettes et corrections réalisés tout au long du développement pour garantir la qualité et la fiabilité de l’application ;
  • Et la maintenance de l’application (support, mises à jour et évolutions) permettant de garantir la qualité de service et l’évolutivité de l’application (et donc l’engagement des utilisateurs) sur le long terme.

Les investissements sont à arbitrer bien entendu en fonction du ROI attendu de l’application. Cette réflexion budgétaire peut amener à faire des choix entre un développement natif ou hybride.

#3 Définir le « backlog » de votre application mobile Métier

Dans le cadre de projets mobiles, on peut difficilement s’appuyer sur les méthodes de développement classiques*** car les tests interviennent trop tard dans le processus.

La majorité des équipes de développements mobiles utilisent donc des méthodes Agile s’appuyant sur un principe de développement itératif : le projet donne lieu à un « backlog » comprenant toutes les « user stories » de l’application à développer. Chaque « user story » est affectée d’une priorité définie par l’équipe Métier, et étudiée par l’équipe Projet qui identifie l’ensemble des tâches de développement et de validation nécessaires à sa mise en œuvre.

Puis, ce backlog est découpé en « sprints » (ou versions intermédiaires de l’application comprenant plusieurs « user stories ») ; chacun de ces sprints (qui dure habituellement 3 ou 4 semaines) est confié à une équipe de développeur.

Dans cette phase, l’équipe Projet côté Prestataire (Maîtrise d’œuvre / MOE) travaille notamment sur un « story-board » de l’application (Présentation simple de la façon dont les écrans se présentent et se succèdent, c’est-à-dire de la cinématique de l’application) et élabore un document décrivant les « user stories » du produit. Ces éléments sont ensuite présentés et discutés lors d’une réunion avec l’équipe projet côté Client (ou Maitrise d’ouvrage / MOA) afin d’en évaluer la pertinence.

À ce stade, des maquettes interactives ou des prototypes donnant l’illusion de fonctionner peuvent être présentés aux utilisateurs afin de distinguer, par exemple, les fonctionnalités incontournables de celles qui compliquent l’utilisation et ne sont pas indispensables.

À l’issue de ce travail, le backlog de l’application est validé par les deux parties (MOE/MOA) et un planning de production est établi.

application mobile Métier

#4 Développement & Tests : une approche adaptée aux projets mobiles

Il est temps maintenant de passer au développement proprement dit de l’application mobile.

Chaque sprint se décompose en travaux identifiés pour chacune des « user story » : tâches de développement, tests unitaires, tests généraux de la « user story », et enfin production d’une version de ‘fin de Sprint’ de l’application, disposant des fonctionnalités prévues, et livrable au client. A la fin de chaque itération, un nouveau sprint démarre.

Cette approche itérative permet de prendre en compte les imprévus qui arrivent régulièrement en cours de projet ; elle offre un meilleur contrôle de la qualité car des tests sont effectués en continu (qu’il s’agisse de tests unitaires, fonctionnels ou d’intégration)

Les méthodes Agile ont par ailleurs l’avantage de permettre aux utilisateurs de clarifier leurs exigences au fur et à mesure de l’avancée du projet, et donc de favoriser une plus grande interaction entre des bêta-testeurs et les développeurs.

Dans ce processus, le rôle du Chef de Projet est capital puisque, tout en gardant une vision globale du projet et de son environnement, il établit un plan de charge intégrant toutes les tâches identifiées pour produire la version prévue à l’issue du Sprint et pilote l’activité de l’équipe (développeurs, testeurs).

#5 Mise en production de votre application mobile B2E

Une fois que le développement de l’application est achevé et que les tests ont été menés, l’application est déployée dans un environnement de validation ou recette, comparable à l’environnement de production. Cette phase permet de détecter d’éventuelles dernières anomalies et de les corriger.

Cette étape donne lieu à une recette de l’application conditionnant sa mise en production et son déploiement.

#6 Gestion du cycle de vie de votre application mobile Métier : Maintenance et évolution

Dès que votre application mobile est déployée, la garantie démarre. Cette garantie peut, selon les cas, couvrir les maintenances corrective, préventive et évolutive.

La maintenance corrective comprend la correction d’éventuels bugs survenant pendant la période de garantie : cette durée est prédéfinie dans le contrat qui vous lie avec votre prestataire. La maintenance préventive permet de garantir la stabilité de l’application en cas d’évolution d’un des éléments sur lesquels elle s’appuie (par exemple, une API) ; et la maintenance évolutive concerne le développement de nouvelles fonctionnalités (nécessitant une ou plusieurs « user stories » recensées dans un nouveau Backlog).

En conclusion, les différentes étapes permettant de concevoir des applications mobiles Métier répondant aux exigences des utilisateurs, nécessitent de faire travailler ensemble des professionnels disposant d’expertises variées en gestion de projet, en technologies mobiles, en design, en architecture, en méthodes de développement Agile, en réalisation de tests Qualité, etc.

N’oubliez pas également qu’une fois l’application déployée, il est important de proposer des mises à jour régulièrement pour conserver intact l’engagement des utilisateurs.

Pour aller plus loin :

InfleXsys concevoir le cahier des charges d'une application mobile

Si vous souhaitez que nous vous accompagnions dans la mise en place de votre projet mobile, n'hésitez pas à nous contacter.

*Wireframes : Appelés aussi « zoning », ce sont les schémas simples des écrans ou des zones de pages de l’application **UX : User Expérience ou, en français, Expérience Utilisateur ; il s’agit de la manière dont l’utilisateur s’approprie (ou ne s’approprie pas) l’application lors des manipulations qu’il doit réaliser pour atteindre son objectif ***Les approches de développement classiques, dites « en cascade », proposent de suivre un parcours séquentiel : recueil des besoins > définition du produit > développement > test > livraison